FondPageN15
LogoLanvaonArouge
LogoLanvaon
CartoucheHistoire

HISTOIRE

L'optique

FondPageN25
HistoireOptique-Lobster

Il ne reste du premier appareil que le soubassement métallique
en fût de colonne qu’on peut rapprocher de ce qu’on pouvait
trouver pour les feux de sixième ordre vers 1890 ou celui du
phare de la Potence.

Vers 1865, un feu de quatrième ordre est d’abord destiné à
marquer une entrée de port, avec en principe une focale entre
0,25 et 0,15m, pour une optique de diamètre entre 50 et 30 cm,
avec une lampe à une mèche, et une portée inférieure à 28km.

Le fanal de Lanvaon en 1871, c'est un photophore à huile
minérale, avec bec à mèche (système Henry Lepaute).

Ndlr - Gendre de l’horloger royal Jean-Joseph Lepaute qui
réalisa des horloges et pendules monumentales, Augustin Henry-
Lepaute devint l’horloger de Louis-Philippe puis de Napoléon III.
En 1838, il s’intéressa, sous l’impulsion de Léonor Fresnel, à
l’optique des phares. Il reçut en 1844 une médaille d’or lors de
l’exposition Universelle pour ses travaux, ainsi qu’en 1849.
Il s’intéressa également à la construction proprement dite des
phares et livra en 1855 un phare de premier ordre aux États-Unis
qui fut présenté lors de l’exposition Universelle. L’entreprise
Lepaute a équipé plus de 1300 phares dans le monde (princi-
palement aux États-Unis, en Angleterre et en Espagne).

Optique1

Optique du phare de Lanvaon
Source : association Lanvaon

Haut
de
page

Optique2

Optique du phare de Lanvaon
Source : association Lanvaon

Optique3

Optique du phare de Lanvaon
Source : association Lanvaon

Haut
de
page

BasPage